La ville de Mouharraq

Mouharraq est la ville principale de la deuxième plus grande île de Bahreïn, située à l’est de Manama. Capitale de Bahreïn de 1810 à 1923, durant les années fastes de l’économie perlière, la ville se trouve juste au-dessus du niveau de la mer et occupe une superficie d’environ 18 km2. Mouharraq signifie littéralement «le lieu de la combustion». Mouharraq présente un modèle de peuplement spécifique aux villes musulmanes constituées de zones tribales, chacune s’identifiant à une mosquée centrale. Les rues sont souvent de simples petites ruelles. Mouharraq existe depuis l’ère Dilmun, soit il y a environ cinq mille ans (Larsen, 1983), mais a pris de l’importance dans les documents historiques seulement à l’époque de Tylos (vers 250 avant JC – 250 après JC), lorsque Bahreïn est tombé sous la domination des Grecs séleucides. La position géographique de la ville, l’abondance de l’eau souterraine et la possibilité d’ancrage pratique pour les navires en ont fait une importante porte d’entrée naturelle vers Bahreïn.

Mouharraq : la Cité Perlière

Durant des siècles, Mouharraq a été la capitale perlière du Golfe Arabique : elle a été la cité perlière la plus active et la plus prospère du Golfe ; le plus grand nombre de plongeurs de perles y vivait ; tout le monde quasiment était directement impliqué dans les activités perlières ou dans ses industries d’approvisionnement ; Mouharraq pouvait se vanter de disposer de la plus grande flotte de navires perliers.

L’originalité de Mouharraq, par rapport à beaucoup d’autres villages du Golfe Arabique, vient du fait que la ville a été construite en grande partie avec du corail, et ce au cours des dernières décennies de l’économie perlière. En revanche, au tournant du XXème siècle, plusieurs petits centres perliers du Golfe, comme celui de Dubaï, étaient presque entièrement faits de barasti (maisons temporaires construites avec des feuilles de palmiers). La construction en corail a ainsi permis la survie d’éléments significatifs à Mouharraq, aujourd’hui témoignages uniques des sociétés perlières non seulement de Bahreïn, mais aussi de la région du Golfe Arabique.

Le déclin de l’économie perlière et la découverte presque simultanée des ressources pétrolières et gazières à Bahreïn ont vu le rôle de Mouharraq diminuer et celui de la ville de Manama, située juste de l’autre côté du port sur l’île principale de Bahreïn, s’étendre. Les exigences du développement exercées sur la nouvelle capitale ont aidé Mouharraq à conserver son charme. En dépit d’importantes constructions modernes, dans une grande partie de la ville de Mouharraq, le tracé de la rue est resté le même qu’à l’époque de la perliculture, caractérisé par un labyrinthe de ruelles étroites et souvent pittoresques.

Lieux à visiter à Mouharraq: